Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Campbell : un test utile avant de choisir son chiot

Rédigé par :: [vendredi 20 juillet 2018 09:31] Denière mise à jour par Jacquemain :: [vendredi 5 octobre 2018 18:50]
(0 votes)

image-article-3

Avant de choisir son futur chien, iI n’est jamais facile de prédire le tempérament de celui-ci au cœur de la portée. L’observation empirique peut fournir quelques éléments de réponse, mais le test de Campbell, pourrait vous aider à choisir en connaissance de cause.

Il s’agit d’un test comportemental qui, s’il n’est pas infaillible (certaines races, comme le Chow Chow, affichent par exemple souvent des résultats non interprétables), se révèle particulièrement utile dans la majorité des cas. A fortiori s’il est pratiqué en respectant scrupuleusement la procédure indiquée.

Conçu par le psychologue américain William Campbell au tournant des années 60 et 70, ce test -qui ne mesure ni l’intelligence ni une aptitude quelconque du chien- permet d’analyser et prévoir les tendances du comportement des chiots au travers de cinq items : attraction sociale, aptitude à suivre, réponse à la contrainte, dominance sociale et dominance par élévation.

Voici quelques repères pour mettre en pratique ce test éclairant sur le choix de votre chiot.

Qui ?

Le test de Campbell doit être pratiqué par l’acquéreur potentiel, afin de choisir le chien qui, au sein d’une même portée, s’avérera le plus adapté à la famille au sein de laquelle il va grandir.

Quand ?

Le test doit s’effectuer dans leur septième ou huitième semaine de vie. En une bonne demi-heure, il est possible de jauger efficacement une portée de six chiots.

Où ?

Dans un lieu clos, intérieur ou extérieur, qui ne générera pas de distraction pour l’animal. Cela peut se faire à l’intérieur comme à l’extérieur, mais le chiot ne doit pas connaître préalablement cet endroit.

Comment ?

Le maître potentiel doit prendre lui-même le chiot à part, et l’emmener dans l’endroit choisi pour le test, sans lui parler ou l’encourager d’une quelconque manière. Au terme du test, félicitez le chiot en le caressant, et ramenez-le dans la portée, avant d’amener un second chien au même endroit, et ainsi de suite. La fiabilité du test de Campbell tient aussi au respect d’une procédure scientifique, et donc systématique.

Pour chacun des cinq items suivants, il est utile de prévoir un tableau de classement selon les comportements observés, en regard des lettres A, B, C, D et E.

Première épreuve : l’attraction sociale

Couchez doucement le chiot au milieu de l’endroit choisi et éloignez-vous de quelques mètres dans la direction opposée à celle par laquelle vous êtes entré. Agenouillez-vous, frappez doucement dans vos mains pour attirer le chiot. Jaugez la rapidité et l’attitude du chien pour vous rejoindre.

A- Vient immédiatement - queue haute – sautille ou vous mordille les mains
B- Vient immédiatement - queue haute - vous gratte les mains avec les pattes
C- Vient immédiatement - queue basse
D- Vient mais hésite - queue basse
E- Ne vient pas du tout

Deuxième épreuve : l’aptitude à suivre le maître

Debout, à proximité du chiot, marchez pour vous éloigner de lui, en vous étant assuré au préalable qu’il vous regarde.

A- Vous suit immédiatement queue haute – vient entre vos pieds – vous mordille les pieds
B- Vous suit immédiatement queue haute
C- Vient immédiatement queue haute
D- Vous suit en hésitant queue haute
E- Ne vous suit pas, ou à distance, ou s’en va

Troisième épreuve : la réponse à la contrainte

Couchez délicatement le chiot sur le dos au sol, et tenez-le dans cette position pendant 30 secondes environ, en conservant votre main sur sa poitrine.

A- Se rebelle violemment – se débat – mord
B- Se rebelle violemment – se débat
C- Se rebelle puis se calme
D- Ne se rebelle pas – vous lèche les mains

Quatrième épreuve : la dominance sociale

Caressez doucement le chiot, couché, de la tête au cou puis jusqu’au dos. Si le chiot a des réactions difficiles à évaluer, insistez jusqu’à ce que son comportement soit marqué.

A- Vous saute dessus – piaffe - vous gratte avec les pattes – mord gronde
B- Vous saute dessus – piaffe
C- Se retourne – vous lèche les mains
D- Se roule sur le dos – vous lèche les mains
E- S’en va sans broncher

Cinquième épreuve : test de dignité

La dernière et ultime partie du test de Campbell évalue le degré d’acceptation de votre dominance. Soulevez légèrement le chiot du sol sous le ventre, les paumes des mains vers le haut, et gardez-le dans cette position pendant 30 secondes environ. Accepte-t-il (ou pas) cette position dans laquelle il perd le contrôle et se trouve sous le joug d’un humain ?

A- Se rebelle violemment – mord – gronde ou pleure
B- Se rebelle violemment, pleure
C- Se rebelle – se calme – vous lèche les mains
D- Ne lutte pas – vous lèche les mains

Comment chiffrer et interpréter les résultats du test de Campbell ?

Normalement, l’un de ces six cas de figure devrait se dégager de l’analyse de votre tableau.

- Deux réponses A ou plus, avec des réponses B dans d’autres parties du test

Les chiots concernés par ce score affichent des réactions plutôt dominantes voire agressives. Le peu de précautions prises avec eux débouchera sur des cas de morsures.
Ne convient pas : aux personnes âgées, fragiles et aux enfants.
Convient : au foyer d’adultes à l’atmosphère sereine et constante.
Éducation : stricte mais respectueuse.
Autres animaux : à éviter sauf congénères de sexe opposé.

- Trois réponses B ou plus

Les chiots concernés par ce score sont de l’ordre des dominants (toutefois moindre que les chiens de la catégorie A). L’éducation conseillée les guidera dans un apprentissage efficace et rapide.
Ne convient pas : aux familles avec enfants en bas âge
Convient : au foyer avec adultes et grands enfants
Éducation : douce et cohérente
Autres animaux : à éviter sauf congénères de sexe opposé

- Trois réponses C ou plus

Les chiots concernés par ce score s’intègrent dans tous les milieux. Ni franchement dominants ni franchement dominés, leur comportement leur permet une adaptation efficace. Un dressage adapté fera d’eux un bon chien de garde voire de défense.
Convient : aux personnes âgées, aux familles y compris avec enfants en bas âge
Éducation : adaptée et cohérente
Autres animaux : cohabitation aisée

- Deux réponses D ou plus

Les chiots concernés par ce score affichent un comportement clairement dominés. Leur manque de confiance en eux et envers le “milieu humain” les rendent moins constants que la catégorie “C”. S’ils mordent, c’est uniquement en cas d’autodéfense voire en cas de grave danger.
Ne convient pas : aux familles avec enfants en bas âge, aux foyers à l’environnement très bruyants
Convient : aux foyers avec adultes avec grands enfants, aux personnes âgées
Éducation : très douce et gratifiante
Autres animaux : cohabitation possible, avec douceur

- Deux réponses E ou plus, a fortiori si l’une de celles-ci concerne le test de dominance sociale

Les chiots concernés par ce score font l’objet d’une éducation fort difficile et leur socialisation est des plus complexes. Seules des techniques justement adaptées seront efficaces et garantiront un dressage sécurisé. Si des réponses A et B sont présentes dans le résultat, cela augmente le facteur du “chien mordeur”, en cas de stress ou de peur. Si le résultat comporte des réponses C et D, cela augmente davantage le facteur de fuite, en cas de stress ou de peur.

Ne convient pas : aux familles avec enfants en bas âge, aux foyers à l’environnement tendu
Convient : aux foyers avec adultes avertis
Éducation : spécifique (aide d’un professionnel recommandée)
Autres animaux : cohabitation difficile

- Des mélanges de réponses opposées comme A-D-E

Il est plus que probable que le test ait été influencé par un facteur perturbateur, ou qu’une erreur ait été commise dans sa pratique, et les résultats ne doivent pas être pris en compte.

Categories Blog Tags Chiot

Vous n'avez pas le droit de poster des commentaires.